Mot de la Présidente de la PFG

« Le rôle des femmes dans les prises de décisions » est le thème choisi cette années pour la commémoration de la Journée Internationale de la Femme. Comme nous le dit la Déclaration de Beijing, « le renforcement du pouvoir d’action des femmes et leur pleine participation sur un pied d’égalité à tous les domaines de la vie sociale, y compris aux prises de décisions et leur accès au pouvoir, sont des conditions essentielles à l’égalité, au développement et à la paix ».

En effet, les femmes sont tout autant concernées que les hommes par les défis que le monde doit relever, en matière de développement économique et social, matière politique, en matière de paix et de sécurité, parce qu’elles sont davantage concernées. C’est la raison pour laquelle, il est nécessaire que les femmes prennent part aux prises de décisions à tous les niveaux (famille, ménage, professionnel, politique, social, économique, communautaire …)

Le renforcement du pouvoir d’action des femmes et des filles permettra de prévenir les conflits et concernant notre pays de parvenir à la reconciliation et à la cohésion nationale. Il est vrai que les avancées peuvent être notées, mais beaucoup reste à faire ; les progrès sont lents, mais nous gardons espoir.

Le développement économique, social, professionnel et politique de la femme ne peut pas se faire tout seul. La tâche est immense et toutes les femmes se sentent concernées, c’est ce qui explique l’existence de plusieurs organisations féminines.

Aussi, ce défi ne peut être relevé que s’il existe :

– des initiatives institutionnelles et électorales, telles que l’adoption de quotas,
– un engagement réel des partis politiques.

 

Christiane Bitty-Kouyaté